Partagez| .

Alizée Kelly Williams - Les rêves font rêver.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage


avatar

Messages : 20
Date d'inscription : 03/11/2014

MessageSujet: Alizée Kelly Williams - Les rêves font rêver. Lun 3 Nov - 19:10

Alizée Kelly Williams


Rêver c'est se faire des buts
Emily Vancamp - feat. AVATAR
Infos Rapides
Surnom: Ali
Date de naissance:
Âge: 23 ans
État civil: Célibataire
Orientation sexuelle: Homosexuelle
Occupation: Travailleuse et emmerdeuse de première classe.
D'origine: Américaine (NY)
Groupe: Employée
 

Histoire
On avait quoi? Cinq ans la première fois qu’on sait vu. J’étais assis dans le couloir des appartements. Il était si grand ce couloir. Le soir, il me faisait peur un peu. Il est si noir. La lumière tout au fond ne fonctionne pas. Ça doit être à cause de cela que la noirceur est si grande à cet endroit. Tout cela pour dire que je t’ai vu, devant moi, debout, me regardant. À ce moment même, je sus que tu allais être une personne des plus spéciales pour moi. Peut-être pas autant que tu sembles l’être en ce moment, mais spécial tout de même. Les paroles que tu avais prononcé m’avait fait hausser les sourcils. Tu avais un de ces accents. Et enfant, c’était plutôt dur à comprendre. Ça faisait ton charme en même temps. Tu voulais jouer à la poupée avec moi..  Je dû baisser le regard vers celle-ci quelques secondes avant de te regarder à nouveau. Un sourire c’est dessiner sur mes lèvres et toute suite, j’acceptai l’idée. Combien de temps on passa à jouer ainsi? Oh, des minutes, des heures, je ne sais plus trop. Ce fut ma mère qui me demanda de rentrer à la maison pour manger. Pour ta part, tu retournas chez toi. Ce petit jeu devient un rituel après les classes. Classe que je partageais avec toi depuis ton arrivé ici. Durant l’été, tu avais perfectionné ton anglais. Même si au début, nos mères pensaient que la barrière du langage nous arrêtâmes dans nos jeux, ce fut bien le contraire. Des enfants, ça s’adapte à tout. C’est si innocent. Si faible. Mais si mignon à la fois.

Avec les années, notre amitié était encore plus grande. On ne se séparait jamais. Créant des jalousies immondes à d’autres filles. Désespérant nos mères qui essayaient d’organiser des choses sans qu’une ou l’autre vienne et que finalement, ça tombait à l’eau. Ma maison était ta maison et ta maison ma maison. C’était ainsi tout simplement. Vraiment amusant quand même. Les rires comme nos pleures remplissaient nos chambres. Nous avions aucun secret l’une pour l’autre. Sauf peut-être toi durant un moment. Enfin, j’avais surement le même, mais je n’avais pas fait plus attention que cela. Tu dois avoir fait le rapprochement plus que moi. Tu m’avouas ne pas aimer les garçons. Sur le coup, je te répondis de ne pas t’en faire. C’était pareil pour moi. Ce soir-là, il a vraiment fallu que je me pose la question si c’était vraiment vrai. Pas que je t’avais menti. Simplement que je n’avais jamais réalisé que malgré l’âge que nous avions, les garçons ne m’avait jamais attiré comme les filles m’attiraient. C’était presque qu’étrange que les deux  meilleures amies soient homosexuelle. À croire que c’était une maladie qui s’attrape. C’était presque ce que ta mère te disait. Enfin, quand tu lui as avouée. On avait quoi? Dans les alentours de seize ans. Quelque chose comme ça. On venait de se faire tatouer un signe d’infini par l’infini. Le signe de notre amitié. Personne ne pouvait comprendre le lien qui nous unissait.  C’était juste trop intense. Rien de sexuel. Du moins pour l’instant… (Sort)

Heureusement pour moi, ma mère ne le prit pas trop mal. Elle fut grandement surprise et déçue. Pas déçue de mon choix. Elle l’acceptait. Elle disait qu’elle n’aurait pas la chance de devenir grand-mère. Bref, tous les trucs qu’on entend. Comme si ça empêchait d’adopter ou autre. Bon, c’était loin d’être encore en discussion ce bout-là. Alors, on ne passera pas des tonnes. Tout cela pour dire que j’eu le droit à des questions encore et encore. Ma mère me demandait souvent s’il y avait un truc entre toi et moi. La réponse était toujours non. Je n’avais pas non plus décidé d’aimer les filles car toi tu les aimais. Elle acceptait toute mes réponses. Elle souriait. Elle n’en parlait pas ouvertement, encore peur des ragots et avec ta mère qui en faisait une crise… C’est peut-être aussi pour cela que tu passais la plus part du temps chez moi. Ne voulant pas affronter les dires. Tu étais si en colère contre elle. J’aurais tant aimé faire quelque chose pour t’enlever ce poids. Un soir, je me suis endormie. Sur tes genoux. J’étais très confortable. En ta présence, je l’étais toujours. C’était normal que je ne me pose jamais de question envers toi.

Cet aveu. Je dois avouer que je ne savais pas du tout comment réagir. La première réaction fut de te regarder avec des yeux surpris. Après tout, ce n’est pas tous les jours qu’on entend sa meilleure amie nous dire je t’aime. Pour une raison que j’ignore, j’allais déposer un baiser sur tes lèvres. Tout doucement. Te disant par la suite que tu étais mignonne. En ce moment, tu dois avoir pensé que c’était réciproque. Alors, que ce n’était pas réellement le cas. J’aimais être prêt de toi. Être dans tes bras. Mais… Et si ça gâchait notre amitié de toujours? Je ne voulais pas. Je ne voulais pas prendre ce risque. Alors, je ne dis rien. Je ne cherchai pas à savoir si je t’aimais de cette façon. La façon dont toi tu m’aimais. Rien ne changea réellement. Si ce n’est que je t’offrais de petite attention qui te faisait sourire. Oh, je t’en faisais déjà avant. Mais maintenant, c’était plus pour voir ton sourire. Te voir me regarder comme si j’étais devenue le centre d’attention de ton monde.

Est-ce que c’est parce que j’avais peur de te perdre que j’ai toute suite accepté le fait d’aller vivre à Los Angeles. Il avait aussi que je rêvais de faire médecine. Malgré que je n’avais pas une facilité dans les études. Il avait tant de chose à découvrir à cet endroit. Sans parler du fameux quartier gay. On en parlait tellement souvent que c’était comme si on y avait déjà été. Alors que c’était totalement faux.  J’allais prendre un peu de recul dans mes études et travailler. Il avait ce bar branché là. Le Queen. C’était le club par excellence de la place. Je me risquai à postuler. Sait-on jamais? J’étais quand même une fille remplie d’ambitions. Funny et sérieuse quand il le fallait. J’avais de bonne chance. Deux semaines plus tard, je travaillais. Tu étais présente. Comme depuis bien des soirs. Tu semblais tellement t’amuser ici. C’était agréable de te voir prendre de l’assurance. Ok, les verres aidaient beaucoup. Je ne pus m’empêcher de caller une danse. La fille qui allait me faire la plus belle danse aura le droit à une soirée privé avec moi. Disons que je ne cachais pas que j’aimais bien avoir des soirées avec quelques-unes. Je regardai les danses. Mes yeux s’arrêtèrent sur toi. Tu étais en feu tout simplement. Quoi dire de plus. Sans oublier que tu serais surement très heureuse d’être celle qui allait partager la soirée. Je ne pouvais pas faire autre chose que de te déclarer gagnante.

Je t’amenai dans une des chambres de l’Hôtel. Ce ne fut pas long que tout commença. Nos lèvres se rencontrèrent et ne voulaient plus se lâcher. Le jeu avait commencé. Était-ce réellement un jour? Je ne serai le dire. Tes mains sur mon corps. Elles se baladaient comme jamais. Je devais avouer que quand tu buvais quelques verres ainsi, c’était fort amusant. Je prenais plaisir à te voir t’amuser ainsi. Je ne pensais pas du tout au fait que tu m’aimais depuis je ne sais combien de temps. Que ça pouvait te faire mal ce que je te laissais faire. J’en profitais tout simplement. Quand tes mains n’étaient pas sur moi, c’était les miennes qui étaient sur toi. Ce fut une nuit assez mouvementé. Tu me dis, pour la deuxième fois, un je t’aime. Je ne répondis pas. Je te souris après un dernier baiser et partie vers notre appartement. Je ne nie pas que ce fût fort agréable. Mais, je commençais à comprendre que tu voudrais plus. Encore une fois, je n’étais pas certaine de vouloir plus. J’avais l’impression que j’avais besoin de vivre encore avant d’être officiellement en couple avec quelqu’un. Un grand besoin. Pardon. Me pardonneras-tu de jouer ainsi avec tes sentiments? Je ne suis qu’une égoïste, je le sais. Mais pardonnes-moi.


Caractère
Je sais être sérieuse tout comme être amusante. Je sais mes limites même si je ne les respecte pas toujours c’est bien vrai. Que voulez-vous, des fois, les limites, c’est faite pour être dépassé. J’ai des rêves, mais pour l’instant, ils sont tous mélanger. Je ne sais plus lequel faire en premier. Ça met complètement égale. Depuis mon déménagement, j’ai décidé de commencer une tout nouvelle vie. D’être, malheureusement pour les gens autours, égoïste. Pensez à moi avant les autres. J’ai le droit à mon bonheur. Par contre, ne faites pas mal à mes amis. Je peux devenir bien mauvaise. Mes amis, c’est ce que j’ai de plus précieux. Alyeska en est la preuve. Je ferai tout pour cette fille. Le sourire, c’est ce qui a de plus présent sur moi. Si je ne souris pas, posez-vous des questions. Il y a quelque chose qui cloche. Je ne fais pas bien c’est certain. Avoir du Fun est un des buts principaux d’une vie. À quoi bon sert de vivre si c’est pour ne pas en profiter? C’est ce que je me dis.

Mon caractère passe à travers moi. Mes vêtements sont souvent osés, offrant de joli décolleté. Les couleurs sont flash. Je ne suis pas qu’une personnalité. Du moins, dans ma tête, c’est ce que je ressens. Je peux être la fille super sérieuse et dans un moment, celle qui va se foutre de ce qu’elle fait et penser juste à s’amuser. Ce qui donne des soirées plutôt amusantes. Surtout quand je ne travaille pas. Le mieux pour me connaitre, c’est de me parler. Alors là, vous serez tout. Apprenez à me connaitre et ça sera encore mieux. Rien de plus, rien de moins.

(Ouuais, pardon, j’ai comme pas une idée précise de son caractère encore on dirait xD! C’est donc pas fameux fameux!)


Derrière l'écran
Un surnom ? : Byby
Ton âge réel : 22
Gars ou fille ? : Fille (Aux dernières nouvelles '-' *out* )
Étude/travail : Infirmière-Auxiliaire
Passions : Musique, Lecture, Écriture, M'amuser
Comment as-tu trouvé ce forum ? : Pub sur Fb!
Qu'est-ce que tu en dis ? : Enfin de l'originalité!
Code à trouver dans les règlements : Validé par Sacha


BOOGYLOU.


Dernière édition par Alizée K. Williams le Mer 5 Nov - 18:53, édité 5 fois
Revenir en haut Aller en bas


avatar

Messages : 293
Date d'inscription : 10/08/2014
Age : 26
Localisation : scène, loges ou backdoor.

MessageSujet: Re: Alizée Kelly Williams - Les rêves font rêver. Lun 3 Nov - 19:15

Bienvenue ici

N'hésite pas à nous faire signe si tu as besoin d'aide ^^




My accessory's a cigarette, no I don't need your Heatherette, these leather boots kick off my St.Marks look. I'm hard as concrete, rubber licked, my rotten fresh will make you sick. You know I never do it by the book. I'm dressed to kill - BANGERZ
Revenir en haut Aller en bas


avatar

Messages : 237
Date d'inscription : 23/08/2014
Age : 25
Localisation : Sur la piste de danse

MessageSujet: Re: Alizée Kelly Williams - Les rêves font rêver. Lun 3 Nov - 19:25

Bienvenido
Revenir en haut Aller en bas


avatar

Messages : 20
Date d'inscription : 03/11/2014

MessageSujet: Re: Alizée Kelly Williams - Les rêves font rêver. Lun 3 Nov - 19:42

Mercciii <3
Revenir en haut Aller en bas

Invité


Invité

MessageSujet: Re: Alizée Kelly Williams - Les rêves font rêver. Lun 3 Nov - 21:21

bienvenue ici Smile
Revenir en haut Aller en bas


avatar

Messages : 20
Date d'inscription : 03/11/2014

MessageSujet: Re: Alizée Kelly Williams - Les rêves font rêver. Mer 5 Nov - 18:54

Terminée!! Enfin, ce n'est pas super au niveau caractère. Vraiment pardon ._. L'histoire, j'suis quand même fière. Bref, bonne lecture et s'il y a quelque chose. Gênez-vous pas <3
Revenir en haut Aller en bas


avatar

Messages : 293
Date d'inscription : 10/08/2014
Age : 26
Localisation : scène, loges ou backdoor.

MessageSujet: Re: Alizée Kelly Williams - Les rêves font rêver. Mer 5 Nov - 18:58

T'inquiète haha On lit et on te valide dans les plus brefs délais




My accessory's a cigarette, no I don't need your Heatherette, these leather boots kick off my St.Marks look. I'm hard as concrete, rubber licked, my rotten fresh will make you sick. You know I never do it by the book. I'm dressed to kill - BANGERZ
Revenir en haut Aller en bas


avatar

Messages : 53
Date d'inscription : 10/08/2014
Age : 53
Localisation : Dans son bureau

MessageSujet: Re: Alizée Kelly Williams - Les rêves font rêver. Mer 5 Nov - 19:12

FICHE VALIDÉE


Bienvenue sur Gays&Freaks


C'est avec un énorme plaisir que nous validons votre personnage ! Vous pouvez désormais poster sur le forum et commencer à RP ! N'oubliez pas que le staff est toujours présent pour répondre à vos interrogations. Bonne continuation sur le forum !


BOOGYLOU.
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Alizée Kelly Williams - Les rêves font rêver.

Revenir en haut Aller en bas

Alizée Kelly Williams - Les rêves font rêver.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Alizé Cornet surprend Serena Williams !
» Expo "les Baumettes se font la Belle"
» Les films pour enfant qui ne font pas peur?
» font de teint MAC
» Quand les médecins nous font des diagnostiques douteux!!!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: BIENVENUE SUR GAYS&FREAKS :: PRÉSENTATIONS :: Présentations validées-